Quand les banques privées conseillent en art

La financiarisation du marché de l’art passe par une transformation progressive de l’oeuvre d’art en actif financier. La presse s’attarde régulièrement depuis quelques années sur cette mutation significative. Les objets de collection (voiture, bijoux, chevaux, objet d’art, diamants) sont qualifiés de produits atypiques par l’AMF (autorité des marchés financiers), les banques de “produits de diversification” et les gestionnaires et conseillers privés “d’actifs sentimentaux”. Le soutien des banques vis à vis de ce type d’actifs entraine un appui plus direct en établissant des partenariats avec les grands événements du marché de l’art. La banque Delen soutient la Brafa tandis qu’UBS est le partenaire favori d’Art Basel. En effet, depuis 1994 partenaire de la plus célèbre foire d’art contemporain et de ses extensions (Miami et Hong-Kong), la banque suisse était déjà très engagée auprès d’institutions culturelles comme la Fondation Beyeler.

En interne, les banques ont un souci aigüe de créer des départements Art et d’accompagner à leur clientèle un service d’accompagnement. Même s’il ne s’agit pas à proprement parler d’un service , les conseillers observent un suivi de leurs clients afin de les orienter vers des partenaires dans la gestion de leur collection ou la transmission de celle-ci par exemple.

L’art, considéré sans conteste comme un actif financier, n’en demeure pas moins un bien affectif. En 2012, la banque Neuflize OBC met en avant, à juste titre, son avance sur les concurrents dans les services proposés aux clients. Stéphane Mathelin-Moreaux à l’origine de ce département art, en est toujours le dirigeant.

Les banques assurent à leurs clients une sélection des meilleurs partenaires tant par leur qualité que leur intégrité. Souvent éclaboussé par de nombreuses ‘affaires’, le marché de l’art provoque parfois de la part de certains acteurs une certaine méfiance. On cherche à confier ses tableaux aux experts les plus scrupuleux et aux marchands les plus transparents. Les collectionneurs et amateurs souhaitent également être conseillés dans leur acquisition. Certains passionnés constituent une collection en vue de la léguer par la suite à un musée. Les démarches philanthropiques sont très courantes aux États-Unis.

Par ailleurs, les banques privées possèdent un interne un certain nombre de spécialistes du droit international qui permettent de répondre aux questions les plus précises dans le cadre de transaction. Les fiscalistes, experts, juristes et avocats renforcent les équipes en apportant aux dossiers de rigoureux rapports très précieux pour les clients.

Sources principales

Enjeux Les Echos “Voitures, art, vins, forêts… des placements nommés plaisir”, 3 décembre 2014

AMA ” Entre capital et ingéniosité : le financement des galeries”, La Tribune, 18 août 2014

Le Quotidien de l’art,  ” UBS renforce son partenariat avec Art Basel”, 28 mai 2013

AMA, ” Entretien avec Stéphane Mathelin-Moreaux banque Neuflize OBC”, 21 novembre 2012

http://fr.artmediaagency.com/58100/entretien-avec-stephane-mathelin-moreaux-banque-neuflize-obc-2/

Posts created 23

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
%d blogueurs aiment cette page :