Les relations internationales dans le marché de l’art

Un grand merci aux étudiants du Master 2 Fiscalité du Marché de l’art de l’université Paris 2 Assas pour leurs réflexions et leur dynamisme lors de mon intervention mercredi 19 avril.

L’année universitaire touche bientôt à sa fin et c’était un vrai plaisir de partager ma passion pour le marché de l’art à travers des interventions sur les enjeux spatiaux et géopolitiques de ce secteur.

L’enthousiasme des étudiants pour ces sujets, leur intérêt pour le big data et les évolutions numériques encouragent à croire que les récentes évolutions technologiques et scientifiques seront très rapidement adoptées par les professionnels du secteur, qui à travers elles rebattront les cartes d’un secteur en mutation.

Les réseaux sociaux et les plateformes digitales ont déjà fait bouger les lignes.  Le marché de l’art, malgré des résistances dans certains pays plus traditionnels, se numérise pour faciliter aux nouvelles générations d’acheteurs et de collectionneurs l’accès à l’information, aux artistes et aux oeuvres.

Lors de mon intervention, j’aborde toujours le thème de la circulation des oeuvres sous un angle très concret afin de rendre plus concret un marché de l’art réduit bien souvent à quelques grandes transactions. Le marché de l’art recouvre de nombreuses question d’ordre internationales et géopolitiques ; ce qui en fait un marché original.

L’association Cejart organise vendredi prochain au Panthéon, un colloque sur la circulation des biens culturels. Je serai heureuse d’y participer afin d’évoquer la question des ports francs et de présenter ces structures indispensables au marché de l’Art.

téléchargement (1)

Posts created 23

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
%d blogueurs aiment cette page :